media release

SFU leads first ever citizen dialogues on Canada’s energy future/ SFU mène les tout premiers dialogues citoyens sur l'avenir énergétique du Canada

August 30, 2017
Print

Contact:
Keane Gruending, SFU Centre for Dialogue, 778.782.8851, kgruendi@sfu.ca
Robin Prest, SFU Centre for Dialogue, 778.782.7885, rjprest@sfu.ca

Regional dialogues will help to find common ground on energy, inform federal decision-makers and policies

Simon Fraser University (SFU), with funding from the Government of Canada’s Department of Natural Resources, will host the Citizen Dialogues on Canada's Energy Future – the first ever cross-Canada deliberative dialogue where randomly selected citizens will advise on energy policy.

The initiative will include regional dialogues in Vancouver, Calgary, Montreal, Toronto and Halifax, kicking off on September 10. Citizen Dialogues on Canada's Energy Future is part of Natural Resources Canada’s Generation Energy process, which asks, “What does Canada's energy future look like in the long-term?”

"Conversations around energy have become polarized," says Robin Prest, program director. "Our goal is to bring Canadians from different regions and perspectives together to find ways to move forward as a country.”

The Honourable Jim Carr, Minister of Natural Resources, said he looks forward to the outcome of the Citizen Dialogues. “Setting the course for Canada’s low-carbon energy future is one of the most important conversations of this generation. The work SFU is doing is a key part of ensuring that Canadians’ values and priorities are reflected in the policies we develop going forward,” said Carr.

At the regional dialogues, participants will collaborate on recommendations for Canada’s energy future, after considering diverse perspectives and issues such as jobs, greenhouse gas emissions, innovation and international competitiveness.

In October, 35 citizens from the regional dialogues will attend Generation Energy’s national forum in Winnipeg and present their recommendations to key decision-makers. This will allow the federal government to better understand areas of potential agreement between different regions.

"Public trust in key institutions is on the decline in Canada and around the world," says Robin Prest, “These dialogues are a first in Canada and demonstrate real leadership by Natural Resources Canada within the global movement for Open Government.”

WHY IT MATTERS:

  • Energy is a major contributor to the economy and crucial to the lives of Canadians. The energy sector contributes to about 10 per cent of the country’s economy and adds over $20 billion each year to federal, provincial and territorial government budgets. Energy production and use is responsible for over 80 per cent of Canada’s total GHG emissions.
  • Canada’s regions and people lack consensus on energy production and consumption with respect to issues like climate change, jobs, and international competitiveness.

FAST FACTS:

  • Newly released polling data from Forum Research and SFU reports that a plurality of Canadians are unfamiliar with the federal government´s plans for the future of energy in Canada, with only 12 per cent of Canadians self-reporting as being very familiar.
  • The data also reports that respondents from different regions show widely different levels of trust in the ability of groups such as industry and environmental groups to predict Canada's future energy needs, with a gap of up to 28 per cent between some regions.
  • 55 per cent of Canadians do not regularly listen to those with whom they often disagree. Nearly half of people in Canada never or rarely change their position on important social issues.
  • A recent Edelman Trust Barometer survey found that 50 per cent or less of Canadians rated the business sector, media, and government as trustworthy, reflecting a global trend towards distrust in major institutions.
  • Over 80 per cent of Canadians say that they would feel better about government decisions if they knew governments regularly sought input from citizens.
  • The Institut du Nouveau Monde, a Québec-based non-partisan organization whose mission is to increase citizen participation in democratic life, is a project partner and will be convening the French regional dialogue in Montreal.

LEARN MORE:

ABOUT SIMON FRASER UNIVERSITY:

As Canada's engaged university, SFU is defined by its dynamic integration of innovative education, cutting-edge research and far-reaching community engagement. SFU was founded more than 50 years ago with a mission to be a different kind of university—to bring an interdisciplinary approach to learning, embrace bold initiatives, and engage with communities near and far. Today, SFU is Canada’s leading comprehensive research university and is ranked one of the top universities in the world. With campuses in British Columbia’s three largest cities – Vancouver, Burnaby and Surrey – SFU has eight faculties, delivers almost 150 programs to over 35,000 students, and boasts more than 145,000 alumni in 130 countries around the world. 

-30-

Simon Fraser University: Engaging Students. Engaging Research. Engaging Communities.

…………………………………………………..

Les dialogues régionaux aideront à trouver un terrain d'entente sur l'énergie, informeront les décideurs et les politiques fédérales.

L'Université Simon Fraser (SFU), avec le financement du ministère des Ressources naturelles Canada, organisera les Dialogues citoyens sur l'avenir énergétique du Canada, le tout premier dialogue délibératif pancanadien où des citoyens sélectionnés aléatoirement donneront des conseils sur la politique énergétique.

L'initiative comprendra des dialogues régionaux à Vancouver, Calgary, Montréal, Toronto et à Halifax qui débuteront le 10 septembre. Ce projet fait partie du processus Génération Énergie de Ressources naturelles Canada, qui pose la question : «À quoi ressemble l'avenir énergétique du Canada à long terme?»

«Les conversations autour de l'énergie sont devenues polarisées», explique Robin Prest, directeur du programme. «Notre objectif est de rassembler des Canadiens de différentes régions et de nouvelles perspectives afin de trouver des moyens d'aller de l'avant en tant que pays».

Le ministre des Ressources naturelles, l’honorable Jim Carr, s’est dit impatient de connaître les résultats de ce dialogue citoyen. « Établir la voie vers un avenir énergétique sobre en carbone au Canada, a-t-il dit, est l’une des plus importantes conversations de la génération actuelle. Le travail de l’Université Simon Fraser à cet égard est essentiel car il nous aidera à faire en sorte que nos politiques reflètent les valeurs et les priorités des Canadiens. »

Lors des dialogues régionaux, les participants collaboreront aux recommandations pour le futur énergétique du Canada, après avoir examiné diverses perspectives et questions comprenant les emplois, les émissions de gaz à effet de serre, l'innovation et la compétitivité internationale.

En octobre, 35 citoyens issus des dialogues régionaux participeront au forum national de Génération Énergie à Winnipeg et présenteront leurs recommandations aux principaux décideurs. Cela permettra au gouvernement fédéral de mieux comprendre les domaines d'accord potentiel entre les différentes régions.

«La confiance qu’a public dans les institutions clés est en déclin au Canada et à travers le monde», explique Robin Prest. «Ces dialogues sont les premiers de ce type au Canada et démontrent un leadership réel de Ressources naturelles Canada dans le mouvement mondial du gouvernement ouvert».

POURQUOI C’EST IMPORTANT :

• L'énergie contribue grandement à l'économie et est cruciale pour la vie des Canadiens. Le secteur de l'énergie contribue à environ 10 pour cent de l'économie du pays et ajoute plus de 20 milliards de dollars chaque année aux budgets des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux. La production et l'utilisation d'énergie sont responsables de plus de 80% des émissions totales de GES du Canada.

• Les régions et les personnes du Canada n'ont pas de consensus sur la production et la consommation d'énergie en ce qui a trait aux changements climatiques, aux emplois et à la compétitivité internationale.

FAITS SAILLANTS :

Les données de scrutin nouvellement publiées de Forum Research et SFU indiquent qu'une pluralité de Canadiens ne connaît pas les plans du gouvernement fédéral pour l'avenir de l'énergie au Canada, et que seulement 12 pour cent des Canadiens se déclarent très familiers avec ces plans.

Les données rapportent également que les répondants de différentes régions affichent des niveaux de confiance très différents dans la capacité des groupes tels que l'industrie et les groupes environnementaux à prédire les besoins énergétiques futurs du Canada, avec un écart allant jusqu'à 28 pour cent entre certaines régions.

• 55 pour cent des Canadiens n'écoute pas régulièrement ceux avec qui ils sont souvent en désaccord. Près de la moitié des personnes au Canada ne changent rarement ou jamais de position sur des problèmes sociaux importants.

• Une enquête récente EdelmanTrust Barometer a révélé que 50 pour cent ou moins des Canadiens considéraient le secteur des entreprises, des médias et du gouvernement comme dignes de confiance, reflétant une tendance mondiale à la méfiance dans les principales institutions.

• Plus de 80% des Canadiens disent qu'ils se sentiraient mieux au sujet des décisions gouvernementales s'ils savaient que les gouvernements cherchaient régulièrement l’avis des citoyens.

L'Institut du Nouveau Monde, une organisation non partisane basée au Québec qui a pour mission d'accroître la participation des citoyens à la vie démocratique, est partenaire du projet et animera le dialogue dans la région métropolitaine de Montréal.

EN APPRENDRE DAVANTAGE :

Site web sur les Dialogues citoyens sur l'avenir énergétique du Canada

Site Web Génération Énergie de Ressources naturelles Canada

À PROPOS DE L’UNIVERSITÉ SIMON FRASER :

À titre d'université engagée au Canada, SFU est définie par son intégration dynamique de l'éducation innovante, de la recherche de pointe et d’un engagement communautaire de grande envergure. SFU a été fondée il y a plus de 50 ans avec pour mission d'être un autre type d'université, d’adopter une approche interdisciplinaire de l'apprentissage, des initiatives audacieuses et s'engager dans des collectivités proches et lointaines. Aujourd'hui, SFU est la principale université de recherche au Canada et est classée parmi les meilleures universités du monde. Avec des campus dans trois des plus grandes villes de la Colombie-Britannique, Vancouver, Burnaby et Surrey, SFU possède huit facultés, offre près de 150 programmes à plus de 35 000 étudiants et compte plus de 145 000 anciens élèves dans 130 pays à travers le monde.

- 30 -

L’Université Simon Fraser : engager les étudiants. Engager la recherche. Engager les communautés.

<p><a href="/content/sfu/sfunews/comment_guidelines.html?keepThis=true&amp;TB_iframe=true&amp;height=700&amp;width=700" class="thickbox">Comment Guidelines</a><br>
</p>