media release

Canadians support democracy but vulnerable to populist messaging - survey/La démocratie a le soutien des Canadiennes et des Canadiens mais elle est vulnérable face aux messages populistes – Enquête

August 26, 2019
Print

Contact:
Ian Bryce, Communications and Marketing, 604-773-8134, ian_bryce@sfu.ca

Kareen Wong, SFU Morris J. Wosk Centre for Dialogue, 778-782-9986, kareen_wong@sfu.ca

 

Seventy-seven per cent of Canadians prefer democracy as a system of government according to results from a public opinion survey conducted by SFU’s Morris J. Wosk Centre for Dialogue. The survey is part of the Centre’s ongoing Strengthening Canadian Democracy project and shows a 12-point increase from a survey conducted two years ago.

While the increase is a positive sign, other survey results found that 68 per cent of Canadians feel that elected officials don’t care about what people like them think. Fifty-three per cent would support a leader who took a “Canada-first” approach, even if this negatively affected relations with Canada’s allies.

“We continue to see a rise in forms of populism around the world that challenge democratic norms and values,” says Shauna Sylvester, executive director of SFU’s Morris J. Wosk Centre for Dialogue. “While Canadians generally support key democratic principles, they are also susceptible to nationalistic messages in a way that could be exploited for anti-democratic purposes, including the scapegoating of minorities.”

For example, 80 per cent of Canadians would be likely to support a candidate who stood up for the "common people" against "the elite.” Additionally, 34 per cent of Canadians believe that Canadian-born citizens should have a greater say in government than those born outside the country, compared to 53 per cent who disagree. Those who agree with this perspective tend to be Canadian-born, have less formal education, and are struggling financially.

Building on two years of interviews and practical research on the state of democracy in Canada, the survey examines how Canadians currently feel about various aspects of democracy. The most fundamental findings from the study are that Canadians are committed to democracy but feel that the system is not working for them and that their frustrations with the system stem from feeling unheard and unable to effect change. Canadians are also concerned with the spread of disinformation through fake news with 77 per cent believing that the existence of fake or misleading news is a problem for democracy.

“These findings are part of a decade-old trend, where residents from Canada and abroad are increasingly dissatisfied with the performance of their democratic systems,” said Shauna Sylvester, Executive Director of the Centre. “These results represent a call to action for all Canadians to avoid hyper-partisanship and for elected officials to create more meaningful ways for Canadians to engage in their democracy beyond the simple act of voting.”

The survey was conducted between July 5 and 15, 2019 among a randomly selected representative sample of 3,524 Canadians.  Of these, 2,714 were completed online and 810 via phone using a random digit dialing methodology.  For comparison purposes only, a probability sample of 3,524 would carry a margin of error of +/- 1.7 percentage points, 19 times out of 20. The results have been statistically weighted according to the most current age, gender, and province/territory Census data to ensure a sample representative of the entire adult population (18+) of the Canadian population. 

 

WHY IT MATTERS:

The SFU Morris J. Wosk Centre for Dialogue launched its Strengthening Canadian Democracy initiative in June 2017. The key goal of the project is to work with community partners to pilot and test intervention strategies (in the form of engagement activities) that could have a measurable impact on the commitment Canadians have to democracy as shown through their participation in democratic processes and activities, the value they attribute to democratic institutions, and their embrace of the underlying principles of democracy.

The opinion survey builds upon two years’ of interviews and practical research into the state of democracy in Canada. The study examines how Canadians currently feel about various aspects of democracy such as populism and nativism. This project is funded [in part] by the Government of Canada.

 

SURVEY HIGHLIGHTS:

State of Democracy in Canada:

  • Sixty-one per cent of Canadians in urban/suburban areas feel Canada is governed democratically versus 45 per cent of rural residents.
  • Those whose mother tongue is French are less likely to feel included in the political process, with 48 per cent agreeing voting gives them a say and 36 per cent feeling ordinary citizens can influence government (compared to 60 per cent and 45 per cent of respondents, respectively, who put English as their mother tongue).
  • Canadians who have completed a university education with a bachelors degree or higher are significantly more likely to hold positive views of democracy in Canada (84 per cent) than those with high school or less (68 per cent).
  • Youth aged 18-24 and Canadians aged 65+ are more convinced than other age groups (64 per cent) that they can have an impact on their democracy through voting or making an effort to influence government.
  • Youth aged 18-24 are least likely to believe that government ignores the interests of ordinary Canadians in favour of the establishment.

Populism and Nativism:

  • Twenty-four per cent of Canadians think Canada has too much protection of minorities compared to 33 per cent who think it has too little. Twenty-eight per cent believe Canada has too many protections for freedom of religion compared to 16 per cent who think it has too little.
  • British Columbians stand out from others across the country for believing Canada has the appropriate amount of democratic freedoms, notably freedom of the press (66 per cent), as well as for believing Canada has the right amount of opportunities for political participation.
  • Quebec residents are less satisfied with the status quo, and are twice as likely as Canadians living elsewhere to think Canada has “too much” freedom of religion (48 per cent).
  • While 58 per cent of Canadians say they would not support a candidate who attacks the media, 29 per cent say that attacking the media would be a motivator for them to vote for a candidate. Quebec residents are twice as likely to back candidates who attack the media (49 per cent) compared to Canadians living elsewhere in the country.
  • Seventy per cent of respondents supported the use of experts in making policy, with 71 per cent saying that they would be less likely to support a candidate who promotes strong anti-government views.

 

LEARN MORE:

ABOUT SFU’s MORRIS J. WOSK CENTRE FOR DIALOGUE:

SFU’s Morris J. Wosk Centre for Dialogue creates real-world impact for society’s most pressing challenges by using dialogue and engagement to co-create solutions, exchange knowledge, support community-engaged learning, and to build the capacity of others in the knowledge and practice of dialogue.

 

ABOUT SIMON FRASER UNIVERSITY:

As Canada’s engaged university, SFU engages with communities, organizations and partners to create, share and embrace knowledge that improves life and generates real change. We deliver a world-class experiential education with lifelong value that shapes change makers, visionaries and problem-solvers. We connect research and innovation to entrepreneurship and industry to deliver sustainable, relevant solutions to today’s problems. With campuses in British Columbia’s three largest cities – Vancouver, Burnaby and Surrey – SFU has eight faculties, delivers almost 150 programs to over 35,000 students, and boasts more than 155,000 alumni in 143 countries.

 

Simon Fraser University: Engaging Students. Engaging Research. Engaging Communities.

 

***

Soixante-dix-sept pourcents des Canadiens préfèrent la démocratie comme système de gouvernement d’après un sondage d’opinion réalisé par le Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU. Ce sondage, dans le cadre du projet Strengthening Canadian Democracy, montre une augmentation de 12 points par rapport à un sondage effectué il y a deux ans.

Si l’augmentation est un signe positif, le sondage a aussi montré que 68% des Canadiens ont le sentiment que les élus ne se soucient pas de ce que pensent des gens comme eux. Par ailleurs, 53 % appuieraient un leader qui adopterait une approche faisant passer en premier les intérêts du Canada, quitte à ce que cela nuise aux relations avec nos alliés.

« Nous continuons de voir à travers le monde une augmentation de diverses formes de populisme qui remettent en question certaines normes et valeurs démocratiques, dit Shauna Sylvester, directrice exécutive du Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU. Les Canadiens et les Canadiennes soutiennent généralement les principes démocratiques mais leur vulnérabilité face aux messages nationalistes pourrait être exploitée à des fins anti-démocratiques, pour faire des minorités des boucs émissaires par exemple. »

Ainsi, 80% des Canadiennes et des Canadiens soutiendraient probablement un candidat qui défend les « gens ordinaires » contre « l’élite ». De plus, 34% estiment que citoyens nés au Canada devraient avoir davantage leur mot à dire sur ce que fait le gouvernement que ceux nés ailleurs, comparé à 53 % qui ne sont pas d’accord. Le plus souvent, ceux qui sont d’accord avec cette perspective sont nés au Canada, ont un niveau de scolarité plus bas et sont dans une situation financière difficile.

En s’appuyant sur deux années d’entrevues et de recherches appliquées sur l’état de la démocratie au Canada, le sondage se penche sur le sentiment des Canadiennes et des Canadiens quant aux divers aspects de la démocratie. Les conclusions les plus fondamentales de l’étude sont qu’ils tiennent à la démocratie tout en pensant que le système ne sert pas leurs intérêts, et que leurs frustrations avec ce système viennent de leur impression de ne pas être entendus et de ne pas pouvoir faire changer les choses. Les Canadiennes et les Canadiens s’inquiètent aussi de l’étendue grandissante de la désinformation par l’intermédiaire d’infox, 77 % d’entre eux considérant que l’existence de nouvelles fausses ou trompeuses est problématique pour la démocratie.

« Ces conclusions sont dans la ligné d’une tendance qui est apparue il y dix ans – les résidents, au Canada comme à l’étranger, ne sont pas satisfaits du fonctionnement de leurs systèmes démocratiques, dit Mme Sylvester, directrice exécutive du Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU.  Ces résultats constituent un appel à l’action pour tous les Canadiens, pour éviter l’hyper-partisannerie et pour que les élus inventent pour les Canadiens des façons de participer plus productivement à leur démocratie, au-delà du simple geste de voter. »

Le sondage a été réalisé entre le 5 et le 15 juillet 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 3 524 Canadiennes et Canadiens choisis au hasard. Ces participants ont été choisis en utilisant une méthode de composition aléatoire et 2 700 d’entre eux ont répondu au questionnaire en ligne et 800, par téléphone. À des fins de comparaison seulement, notons que, pour un échantillon de 3 500, la marge d’erreur serait généralement +/- 1,7 point de pourcentage, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés statistiquement en fonction des données de recensement les plus récentes par âge, genre et province/territoire pour s’assurer d’avoir un échantillon représentatif de l’ensemble de la population canadienne adulte (plus de 18 ans).

 

POURQUOI C’EST IMPORTANT :

Le Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU a lancé son initiative Strengthening Canadian Democracy en juin 2017. L’objectif principal du projet était de travailler avec des partenaires communautaires pour tester sur le terrain des stratégies d’intervention (sous forme d’activités de mobilisation) qui pourraient avoir un impact mesurable sur la volonté des Canadiens de préserver la démocratie dont témoignent leur participation aux processus et activités démocratiques, la valeur qu’ils attachent aux institutions démocratiques et leur adhésion aux principes fondamentaux de la démocratie.

Le sondage d’opinion s’inscrit dans le prolongement de deux années d’entrevues et de recherches appliquées sur l’état de la démocratie au Canada. L’étude porte sur la façon dont les Canadiennes et les Canadiens considèrent actuellement différents aspects de la démocratie, comme le populisme et le nativisme. Ce projet est [en partie] financé par le gouvernement du Canada.

 

POINTS SAILLANTS DU SONDAGE :

État de la démocratie au Canada :

  • Soixante-et-un pourcents des Canadiens des régions urbaines et des banlieues pensent que le Canada est gouverné de manière démocratique, comparé à 45 % des résidents des régions rurales.
  • Ceux dont la langue maternelle est le Français se sentent plus fréquemment moins inclus dans le processus politique, 48 % d’entre eux étant d’accord pour dire que voter leur donne la possibilité d’avoir leur mot à dire et 37 % ayant le sentiment que des citoyens ordinaires peuvent influencer le gouvernement (comparé à 60 % et 45 %, respectivement, pour les gens dont l’Anglais est la langue maternelle).
  • Les Canadiens qui ont obtenu un diplôme universitaire et ont un baccalauréat ou plus sont considérablement plus nombreux à avoir des opinions positives sur la démocratie au Canada (84 %) que ceux qui ont un diplôme de fin d’études secondaires ou moins (68 %).
  • Les jeunes de 18 à 24 ans et les Canadiennes et Canadiens de 65 ans et plus sont plus souvent convaincus (64 %) que les autres groupes d’âge qu’ils peuvent avoir un impact sur leur démocratie en votant ou en faisant un effort pour influer sur le gouvernement.
  • Les jeunes de 18 à 24 ans sont moins nombreux à penser que le gouvernement ignore les intérêts des Canadiens ordinaires au profit de ceux de l’élite.

 

Populisme et nativisme :

  • Vingt-quatre pourcents des Canadiens pensent que le Canada protège trop les minorités, comparé à 33 % qui pensent qu’il ne les protège pas assez.  Par ailleurs, 28 % estiment que le Canada protège trop la liberté de religion, comparé à 16% qui pensent qu’il ne les protège pas assez.
  • Les Britanno-colombiens se distinguent du reste du pays en considérant que le Canada a la bonne quantité de libertés démocratiques, en particulier la liberté de la presse (66 %), ainsi que la bonne quantité d’opportunités de participation à la vie politique.
  • Les résidents du Québec sont moins satisfaits du statu quo et ils sont deux fois plus nombreux que les Canadiens des autres provinces et territoires à penser que le Canada a « trop » de liberté de religion (48 %).
  • Si 58 % des Canadiens ont dit qu’ils ne soutiendraient pas un candidat qui attaque les médias, 29% ont dit que, si un candidat attaquait les médias, cela les motiverait pour voter pour lui. Les résidents du Québec sont deux fois plus enclins à soutenir un candidat qui attaque les médias (49 %) que les Canadiens qui vivent ailleurs dans le pays.
  • Soixante-dix pourcents des répondants soutiennent le recours à des experts pour élaborer les politiques et 71% ont dit qu’ils seraient moins enclins à soutenir un candidat dont les points de vue sont fortement hostiles au gouvernement.

 

LECTURES COMPLÉMENTAIRES :

AU SUJET DU CENTRE MORRIS J. WOSK POUR LE DIALOGUE DE SFU :

Le Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU crée un impact concret sur les enjeux les plus pressants de la société en se servant du dialogue et de la mobilisation pour créer ensemble des solutions, partager des connaissances, soutenir l’apprentissage ancré dans la communauté et renforcer la capacité des autres et pour renforcer la capacité des autres par l’entremise du dialogue et de sa compréhension.

 

AU SUJET DE L’UNIVERSITÉ SIMON FRASER :

À titre d’université engagée au Canada, SFU dialogue avec des communautés, des organisations et des partenaires pour partager et assimiler des connaissances qui améliorent la vie et favorisent un changement réel. Nous offrons une éducation par l’expérience parmi les meilleures au monde, précieuse pour toute la vie, qui produit des acteurs du changement, des visionnaires et des personnes capables de résoudre les problèmes. Nous connectons la recherche et l’innovation avec l’entrepreneuriat et l’industrie pour créer des solutions durables et pertinentes aux problèmes d’aujourd’hui. Avec des campus dans les trois plus grandes villes de Colombie-Britannique – Vancouver, Burnaby et Surrey – SFU compte huit facultés, offre près de 150 programmes à 35 000 étudiants et a près de 155 000 d’anciens élèves dans 143 pays.

 

L’Université Simon Fraser : Mobiliser les étudiants. Mobiliser la recherche. Mobiliser les communautés.

<p><a href="/content/sfu/sfunews/comment_guidelines.html?keepThis=true&amp;TB_iframe=true&amp;height=700&amp;width=700" class="thickbox">Comment Guidelines</a><br>
</p>