PDP

Sofie Van de Keere

Learning to teach in French can be a little intimidating, but for PDP student Sofie Van De Keere, the decision “est venu naturellement” (came naturally)

As a former French immersion student, Sofie understood the importance and opportunities that come from learning one of Canada’s official languages, so when she heard about the French module in the Professional Development Program (PDP), she was intrigued.

“I knew that I really wanted to pursue French teaching and SFU provided me the avenue to do just that,” says Sofie. “Yes, the PDP might be longer than some other programs at 16 months, but it also gave me different opportunities to explore different facets of education along with French culture and language I would not have learned nor experienced otherwise.”

The PDP French module focuses on issues specific to teaching in French in British Columbia and prepares student teachers to instruct Core French, French Immersion or Programme Francophone at the elementary or secondary level.

Supported by SFU’s Office of Francophone and Francophile Affairs (OFFA), student teachers in the PDP French module have access to weekly, personalized linguistic and linguistic identity support sessions, known as Content and Language Integrated Competency or CLIC, to help bolster their confidence and continually improve their French proficiency.

“OFFA and CLIC were always our biggest cheerleaders. It was great to have a French community close to us that really wanted us to succeed as French teachers,” says Sofie. “CLIC provided us with a chance to address our vulnerabilities going into our careers as French teachers and learn how to grow from them as we began prepping for our practicums. We learned the significance of community and establishing a network of support early on in the PDP experience. I know we will be there for each other throughout our next steps in our career as a result.”

For Sofie, having this ongoing support system in place early in the program proved to be critical, especially during difficult times she encountered while student teaching during COVID-19.

“The most challenging part of the program was learning to adapt and deal with uncertainty. It took a little bit of time and required a learning curve but learning to be flexible with whatever gets thrown your way is a huge part of what it means to be an educator. Teachers don’t get enough credit for hoping for plan A while preparing themselves for plans B through Z.”

Despite the obstacles she faced student teaching and learning during the pandemic, thanks to the support she received from her colleagues, the CLIC and OFFA community along with the tools and skills she obtained from the program, Sofie was able to persevere and thrive, taking those opportunities to absorb, grow, make mistakes, and eventually learn from them which will serve her well as she enters the field and pursues a career teaching French in British Columbia.

Getting her teaching certification has opened a world of possibilities for Sofie to explore as she begins her teaching journey in a province where French teachers remain in high demand. “There are so many avenues to pursue within a career in education, says Sofie. “I plan to spend time getting to know my preferred school districts, and eventually find a high school teaching position for Core French. I also plan to continue exploring more of the language and culture within this profession in the coming years.”

Reflecting on her time studying in the PDP French module and the ups and downs she encountered, Sofie sums it up best:

“Pursuing the French program through SFU was one of the more impactful decisions I could have made in terms of my education.” “Don’t get me wrong, it was not easy. There were some challenging times throughout both of my practicums and throughout my time in PDP as a whole. However, I truly believe that it is through adversities that we grow the most. I feel an overwhelming sense of gratitude to all of my faculty advisors, my professors, my colleagues, and my school associate who not only believed in all of us but pushed us to learn and grow throughout the program.” 

en français

En tant qu’ancienne étudiante en immersion française, Sofie avait déjà compris l’importance de l’apprentissage d’une des langues officielles du Canada et des possibilités que cela pouvait lui offrir, lorsqu’elle a entendu parler du Professional Development Program (PDP) – module français qui l’a intriguée.

« Je savais que je voulais vraiment poursuivre une carrière en enseignement en français et SFU m’en a donné les moyens », explique Sofie. « Oui, le PDP est peut-être plus long que d’autres programmes, mais il m’a aussi donné de nombreuses occasions d’explorer différentes facettes de l’éducation, de la langue et des cultures francophones que je n’aurais pas acquises ou vécues autrement. »

Le PDP – module français met l’accent sur des enjeux précis concernant l’enseignement en français en Colombie-Britannique et prépare les étudiants-maîtres à enseigner le français de base, l’immersion française ou le programme francophone au niveau primaire ou secondaire.

Appuyés par le Bureau des affaires francophones et francophiles (BAFF) de SFU, les étudiants-maîtres du PDP – module français ont accès à des séances hebdomadaires personnalisées de soutien linguistique et d’identité linguistique, connues sous le nom de Compétence langagière intégrée au contenu ou CLIC, afin d’accroître leur confiance et d’améliorer continuellement leurs compétences en français.

« Le BAFF et le programme CLIC ont toujours constitué nos meneuses de claques les plus épatantes. C’était formidable d’avoir une communauté en français proche de nous qui voulait vraiment que nous réussissions en tant qu’enseignants de français », dit Sofie. « Le CLIC nous a permis de nous pencher sur nos vulnérabilités en tant qu’enseignants de français et d’apprendre à grandir à partir d’elles en nous préparant pour nos stages. Nous avons appris l’importance de la communauté et nous avons établi un réseau de soutien dès le début de l’expérience du PDP. Je sais que nous serons là les uns pour les autres tout au long des prochaines étapes de notre carrière. »

Pour Sofie, la mise en place de ce système de soutien continu au début du programme s’est avérée cruciale, surtout dans les moments difficiles qu’elle a rencontrés pendant ses études en temps de pandémie de COVID-19.

« La partie la plus difficile du programme a été d’apprendre à faire face à l’incertitude et à s’y adapter. Il a fallu un peu de temps et cela a exigé une période d’apprentissage, mais apprendre à être flexible avec tout ce qui se présente sur son chemin est une grande partie du travail d’éducateur. Les enseignants méritent qu’on reconnaisse que tout en misant sur un plan A, ils se préparent toujours aux plans B à Z.

Malgré les obstacles auxquels elle a dû faire face dans ses études pendant la pandémie, elle remercie le soutien qu’elle a reçu de ses collègues, du programme CLIC et du BAFF ainsi que les compétences et les outils qu’elle a acquis grâce à ce programme. Sofie a su persévérer et s’épanouir, profitant de ces occasions pour s’enrichir, grandir, faire des erreurs et, en définitive, apprendre d’elles, ce qui lui servira bien lorsqu’elle sera sur le terrain et poursuivra une carrière d’enseignante de français en Colombie-Britannique.

L’obtention de son certificat en enseignement lui a ouvert un monde de possibilités à explorer puisqu’elle entreprend son parcours professionnel dans une province où les enseignants de français sont très prisés. « Il y a tellement de chemins à emprunter dans une carrière en éducation, dit Sofie. » J’ai l’intention de prendre le temps de bien connaître mes conseils scolaires préférés, afin de postuler comme enseignante de français de base au secondaire. J’ai également l’intention de continuer d’approfondir la langue et la culture au sein de cette profession au cours des prochaines années.

En repensant à ses études au programme PDP - module français ainsi qu’aux hauts et aux bas qu’elle a traversés, voici le résumé que Sofie en fait :

« Étudier dans le programme en français de SFU a été l’une des décisions les plus importantes en ce qui concerne mes études. » « Comprenez-moi bien, je ne dis pas que c’était facile. Il y a eu des moments difficiles tout au long de mes deux stages et durant le programme PDP dans son ensemble. Cependant, je crois sincèrement que c’est dans l’adversité qu’on grandit le plus. Je ressens énormément de gratitude envers tous mes conseillers pédagogiques, mes professeurs, mes collègues et mon maître-associé qui non seulement croyaient en chacun de nous, mais qui nous ont poussés à apprendre et à grandir tout au long du programme. »