media release

Survey finds lack of trust undermining Canadian democracy/Sondage : Le manque de confiance sape la démocratie canadienne

Results suggest increased participation, connectedness provide solutions.

August 29, 2019
Print

Contact:
Ian Bryce, Communications and Marketing, 236-880-2187, ian_bryce@sfu.ca

Kareen Wong, SFU Morris J. Wosk Centre for Dialogue, 778-782-9986, kareen_wong@sfu.ca

Only 33 per cent of Canadians trust elected officials, according to a public opinion survey conducted by SFU’s Morris J. Wosk Centre for Dialogue. The survey is part of the Centre’s ongoing Strengthening Canadian Democracy project, which found a strong correlation between higher levels of trust and increased democratic participation and sense of belonging.

Canadians’ trust in democratic institutions and actors is strongly associated with a belief that they can make a difference in their democracy. Forty-eight per cent of Canadians who trust elected officials believe they can do a lot to influence what government does, more than double the 22 per cent who do not trust elected officials. Trust has a similar relationship to Canadians’ views on whether voting gives citizens a voice in government decision-making.

“A low level of trust in elected officials can often lead to citizens opting out of the democratic process,” says the Centre’s executive director Shauna Sylvester. “Frustration and lack of trust can be early warning signs within our democratic system.”

Many Canadians (44 per cent) feel they have too few opportunities for political participation compared to only five per cent who feel there are too many opportunities. Those who feel they have too few opportunities are much less likely to think Canada is governed democratically than those who are satisfied with the status quo (16 per cent versus 34 per cent).

“What’s evident is Canadians want to engage in their democracy and participate, which is exciting because it shows they care,” says Sylvester. “It’s important that our democracy provides opportunities for citizens to do so.”

The Canadians with an increased sense of belonging have a higher level of confidence that their voices matter. Only 14 per cent of Canadians with a very weak sense of belonging to their local neighbourhood feel elected officials care what they think, compared to 39 per cent who have a very strong sense of belonging.

The survey was conducted between July 5 and 15, 2019 among a randomly selected representative sample of 3,524 Canadians.  Of these, 2,714 were completed online and 810 via phone using a random digit dialing methodology.  For comparison purposes only, a probability sample of 3,524 would carry a margin of error of +/- 1.7 percentage points, 19 times out of 20. The results have been statistically weighted according to the most current age, gender, and province/territory Census data to ensure a sample representative of the entire adult population (18+) of the Canadian population. 

WHY IT MATTERS:

The SFU Morris J. Wosk Centre for Dialogue launched its Strengthening Canadian Democracy initiative in June 2017. The key goal of the project is to work with community partners to pilot and test intervention strategies (in the form of engagement activities) that could have a measurable impact on the commitment Canadians have to democracy as shown through their participation in democratic processes and activities, the value they attribute to democratic institutions, and their embrace of the underlying principles of democracy.

Building on two years of interviews and practical research on the state of democracy in Canada, the survey examines how Canadians currently feel about various aspects of democracy. The most fundamental findings from the study are that Canadians are committed to democracy but feel that the system is not working for them and that their frustrations with the system stem from feeling unheard and unable to effect change. Canadians are also concerned with the spread of disinformation through fake news with 77 per cent believing that the existence of fake or misleading news is a problem for democracy.

This project is funded, in part, by the Government of Canada. In the coming years, the Morris J. Wosk Centre for Dialogue will be working with governments and organizations across Canada to understand how different forms of democratic engagement can better serve residents to increase levels of democratic commitment and participation.

SURVEY HIGHLIGHTS:

  • Stronger preference for democracy. Eight-in-10 Canadians who participated in community activities in the past 12 months prefer democracy over all other forms of government, compared to approximately seven-in-10 of those who did not participate in their community. Further, a third of those engaged in their community believe representative democracy is a “very good way” to govern Canadas, compared to approximately one-in-five of those who were not active in their community.​
  • Perceived greater role in/impact on democracy. Among Canadians who were engaged in their community over the past 12 months, over six-in-10 believe voting gives them a say in how government runs things compared to approximately half who were not engaged. Further, half of those who took part in a range of community activities think they can influence what government does if they make the effort compared to about four-in-10 of those not active in their community.​
  • Greater trust in democratic institutions and actors. Canadians who participated in a range of community activities over the past 12 months were more likely to say they trusted Parliament, elections, and elected officials than those who did not take part in the activities.
  • Eighty-six per cent of respondents identify with the act of voting and perceive themselves to vote in every or most elections, despite only 68.5 per cent of Canadians having voted in practice during the 2015 federal election.
  • Canadians display similar levels of trust in key democratic actors who work in the institutions, with academics (65 per cent) and judges (63 per cent) in the top tier. Further down are civil servants (47 per cent) and journalists (46 per cent). Elected officials occupy the bottom spot in the trust barometer, with exactly one third of Canadians saying they trust those who represent them.

LEARN MORE:

ABOUT SFU’s MORRIS J. WOSK CENTRE FOR DIALOGUE:

SFU’s Morris J. Wosk Centre for Dialogue creates real-world impact for society’s most pressing challenges by using dialogue and engagement to co-create solutions, exchange knowledge, support community-engaged learning, and to build the capacity of others in the knowledge and practice of dialogue.

ABOUT SIMON FRASER UNIVERSITY:

As Canada’s engaged university, SFU works with communities, organizations and partners to create, share and embrace knowledge that improves life and generates real change. We deliver a world-class education with lifelong value that shapes change-makers, visionaries and problem-solvers. We connect research and innovation to entrepreneurship and industry to deliver sustainable, relevant solutions to today’s problems. With campuses in British Columbia’s three largest cities – Vancouver, Burnaby and Surrey – SFU has eight faculties, delivers almost 150 programs to over 35,000 students, and boasts more than 155,000 alumni in 143 countries.

Simon Fraser University: Engaging Students. Engaging Research. Engaging Communities.

 

***

Sondage : Le manque de confiance sape la démocratie canadienne

Une participation et des liens accrus sont des solutions, d’après les résultats

Seulement 33 % des Canadiens font confiance aux représentants élus, selon un sondage d’opinion réalisé par le Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU. Ce sondage, dans le cadre du projet du Centre Renforcer la démocratie canadienne, montre une forte corrélation entre niveaux de confiance élevés et participation accrue à la démocratie et un sentiment d’appartenance.

La confiance des Canadiens dans les institutions et les acteurs de la démocratie est intimement liée à la conviction qu’ils peuvent avoir un impact dans leur démocratie. Quarante-huit pourcents des Canadiennes et des Canadiens qui font confiance aux représentants élus croient qu’ils peuvent faire beaucoup de choses pour influer sur ce que fait le gouvernement, plus du double comparé aux 22 % qui ne font pas confiance aux représentants élus. Le lien était similaire entre la confiance et les opinions des Canadiens sur la possibilité d’avoir leur mot à dire dans les décisions gouvernementales que voter donne aux citoyens.

« Un faible niveau de confiance dans les représentants élus peut souvent amener les citoyens à renoncer à participer au processus démocratique, dit la directrice exécutive du Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU, Shauna Sylvester. La frustration et le manque de confiance peuvent être parmi les parmi les premiers signaux d’alarme dans notre système démocratique. »

Beaucoup de Canadiennes et de Canadiens (44 %) ont le sentiment d’avoir trop peu d’opportunités de participer à la vie politique, alors que 5 % seulement estiment qu’il en ont trop. Parmi ceux qui ont le sentiment de ne pas en avoir assez, il y a beaucoup moins de gens qui pensent que le Canada est gouverné de façon démocratique que parmi les gens satisfaits du statu quo (16 %, comparé à 34 %).

« Ce qui est manifeste, c’est que les Canadiennes et les Canadiens veulent se mobiliser pour leur démocratie et y participer, ce qui est prometteur parce que cela montre que la démocratie leur tient à cœur, dit Mme Sylvester. C’est important que notre démocratie offre aux citoyens des occasions de s’impliquer. »

Les Canadiens qui ont un sentiment d’appartenance plus fort sont aussi plus sûrs d’être entendus. Seulement 14 % des Canadiens qui ont un très faible sentiment d’appartenance à leur quartier croient que les représentants élus se soucient de ce qu’ils pensent, comparé à 39 % de ceux qui ont un fort sentiment d’appartenance.

Le sondage a été réalisé entre le 5 et le 15 juillet 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 3 524 Canadiennes et Canadiens choisis au hasard. Ces participants ont été choisis en utilisant une méthode de composition aléatoire et 2 714 d’entre eux ont répondu au questionnaire en ligne et 810, par téléphone. À des fins de comparaison seulement, notons que, pour un échantillon de 3 500, la marge d’erreur serait généralement +/- 1,7 point de pourcentage, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés statistiquement en fonction des données de recensement les plus récentes par âge, genre et province/territoire pour s’assurer d’avoir un échantillon représentatif de l’ensemble de la population canadienne adulte (plus de 18 ans).

 

POURQUOI C’EST IMPORTANT :

Le Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU a lancé son initiative Renforcer la démocratie canadienne en juin 2017. L’objectif principal du projet était de travailler avec des partenaires communautaires pour tester sur le terrain des stratégies d’intervention (sous forme d’activités de mobilisation) qui pourraient avoir un impact mesurable sur la volonté des Canadiens de préserver la démocratie, volonté dont témoignent leur participation aux processus et activités démocratiques, la valeur qu’ils attachent aux institutions démocratiques et leur adhésion aux principes fondamentaux de la démocratie.

Le sondage d’opinion s’inscrit dans le prolongement de deux années d’entrevues et de recherches appliquées sur l’état de la démocratie au Canada. L’étude porte sur la façon dont les Canadiennes et les Canadiens considèrent actuellement différents aspects de la démocratie. Les conclusions les plus fondamentales de l’étude sont que les Canadiens tiennent à la démocratie tout en pensant que le système ne sert pas leurs intérêts, et que leurs frustrations avec ce système viennent de leur impression de ne pas être entendus et de ne pas pouvoir faire changer les choses. Les Canadiennes et les Canadiens s’inquiètent aussi de l’étendue grandissante de la désinformation par l’intermédiaire d’infox, 77 % d’entre eux considérant que l’existence de nouvelles fausses ou trompeuses est problématique pour la démocratie.

Le projet est financé en partie par le gouvernement du Canada. Au cours des prochaines années, le Centre Morris J. Wosk pour le dialogue travaillera avec des gouvernements et des organisations à travers le Canada pour mieux comprendre comment différentes formes de mobilisation démocratique peuvent mieux servir les résidents afin d’augmenter les niveaux de mobilisation et de participation à la démocratie.

 

POINTS SAILLANTS DU SONDAGE :

  • Nette préférence pour la démocratie. Huit Canadiens sur dix qui ont participé à des activités communautaires au cours des 12 derniers mois préfèrent la démocratie à toutes les autres formes de gouvernement, comparé à sept sur dix parmi ceux qui n’ont pas participé à la vie de leur communauté. De plus, un tiers de ceux qui ont participé à la vie de leur communauté sont d’avis qu’une démocratie représentative est une « très bonne façon » de gouverner le Canada, comparé à environ un sur cinq parmi ceux qui n’étaient pas actifs dans leur communauté. ​
  • Perception d’un rôle/impact plus grand dans la démocratie. Parmi les Canadiennes et les Canadiens qui étaient actifs dans leur communauté au cours des 12 derniers mois, plus de six sur dix étaient convaincus que le vote donne aux gens comme eux la possibilité d’avoir leur mot à dire sur la manière dont le gouvernement gère les choses, comparé à environ la moitié de ceux qui n’étaient pas actifs dans leur communauté.
  • Plus grande confiance dans les institutions et les acteurs de la démocratie. Les Canadiens qui ont participé à diverses activités communautaires au cours des 12 derniers mois étaient plus nombreux à dire qu’ils faisaient confiance au Parlement, aux élections et aux représentants élus que ceux qui n’ont pas participé à des activités.
  • Selon 86 % des répondants, voter est dans leur nature et ils se perçoivent comme des gens qui votent à toutes les élections ou presque, même si, dans la pratique, 68,5 % des Canadiens aient voté aux élections fédérales de 2015.
  • Les Canadiens ont des niveaux de confiance similaires dans les différents grands acteurs de la démocratie qui travaillent dans des institutions, les universitaires (65 %) et les juges (63 %) étant parmi ceux en qui ils ont le plus confiance. Les fonctionnaires (47 %) et les journalistes (46 %) venaient plus bas dans la liste. Les représentants élus étaient tout en bas sur le baromètre de la confiance, exactement un tiers des Canadiens disant avoir confiance dans ceux qui les représentent.

 

LECTURES COMPLÉMENTAIRES :

 

AU SUJET DU CENTRE MORRIS J. WOSK POUR LE DIALOGUE DE SFU :

Le Centre Morris J. Wosk pour le dialogue de SFU crée un impact concret sur les enjeux les plus pressants de la société en se servant du dialogue et de la mobilisation pour créer ensemble des solutions, partager des connaissances, soutenir l’apprentissage ancré dans la communauté et renforcer la capacité des autres et pour renforcer la capacité des autres par l’entremise du dialogue et de sa compréhension.

 

AU SUJET DE L’UNIVERSITÉ SIMON FRASER :

À titre d’université engagée au Canada, SFU travaille avec des communautés, des organisations et des partenaires pour créer, partager et assimiler des connaissances qui améliorent la vie et favorisent un changement réel. Nous offrons une éducation parmi les meilleures au monde, qui façonne des acteurs du changement, des visionnaires et des personnes capables de résoudre les problèmes. Nous connectons la recherche et l’innovation avec l’entrepreneuriat et l’industrie pour créer des solutions durables et pertinentes aux problèmes d’aujourd’hui. Avec des campus dans les trois plus grandes villes de Colombie-Britannique – Vancouver, Burnaby et Surrey – SFU compte huit facultés, offre près de 150 programmes à 35 000 étudiants et a plus de 155 000 d’anciens élèves dans 143 pays.

L’Université Simon Fraser : Mobiliser les étudiants. Mobiliser la recherche. Mobiliser les communauté

<p><a href="/content/sfu/sfunews/comment_guidelines.html?keepThis=true&amp;TB_iframe=true&amp;height=700&amp;width=700" class="thickbox">Comment Guidelines</a><br>
</p>